Skip to content

Les 20 Maîtres du luxe… la suite.

janvier 12, 2012

Comme évoqué dans la première partie de cet article, nous allons vous faire connaitre les 10 autres maitres du luxe, des figures qui ont un grand mot à dire dans cet univers, qu’ils soient designers, businessmen ou encore journalistes.

Dans le genre on ne peut plus Français, nous appelons appelle Pierre-Alexis Dumas.

Pas franchement très spectaculaire, mais sans doute très efficace, le directeur artistique de la maison Hermès en a repris les reines pour succéder à son père Jean-Louis en compagnie de Pascale Mussard et Patrick Thomas, le financier de la maison.

Tandis que Mussard se consacre à la ligne « Petit H », Patrick Thomas s’occupe du côté business de la chose, notamment en résistant à l’offensive d’absorption de LVMH entré en capital en 2010 et laissant  l’héritier régner en maître sur la maison, surtout quand il s’agit de l’image et de la création.

Ce patron BCBG se distingue par son côté « capitalisme éthique ». Rapide et réactif, mais peu charismatique, il a trouvé sa place dans la forteresse Hermès, et ça lui réussit plutôt bien.

 

 

Stella McCartney

Quand on dit mode, ou encore luxe, la notion « écolo » n’apparaît pas forcément en première vue, mais Stella McCartney est apparemment là pour ça.

Son père est une icône, elle fréquente des noms tels que Kate Moss et Naomi Campbell. Brillante designer, ses collections sont tout à fait à son image : cool et écolo, pas de fourrures ni de cuir. Cette philosophie a été toute à son honneur : passée styliste chez Chloé, elle lance son Label au sein du groupe Gucci en 2001, et depuis, c’est l’ascension : parfums, soins bio, lingerie, accessoires et soins enfants… et depuis peu designer principal chez Adidas !

 

 

Lew Frankfort

Il semble peu connu , mais c’est pourtant l’un des plus brillants stratèges du monde du Luxe. Le brio avec lequel il a mené « Coach » au top , est un cas d’étude très pertinent d’école dans les grandes écoles de commerce.

Après avoir rejoint Coach, une maroquinerie plutôt vieillotte en 1979, cette dernière se fait racheter par le groupe Sara Lee. Lew Frankfort s’occupe alors de sa gestion pour ensuite devenir son président en 1996.
C’est plutôt un excellent pari car, en effet, celui-ci a recentré la marque sur « le luxe abordable », débauche Reed Krafford de chez Tommy Hilfiger et réorganise la distribution : multiplication des inaugurations de boutiques chic avec plus de 300 points de vente aux USA, et s’implante en Asie avec en supplément une multiplication de campagnes de pub et un développement d’une Online Store pour encore plus être au contact du client. C’est ainsi que la marque réalise 4,16 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2010 avec 23% de taux de marge nette, une performance exemplaire.

Une stratégie a étudier sous toutes les coutures, toutefois Coach n’ose pas encore se mesurer à Louis Vuitton ou encore Longchamps en Europe. Il semble que la marque ait encore du terrain à conquérir.

 

 

Tom Ford

Beaucoup d’adjectifs pour décrire un designer iconoclaste. Ce petit génie de la mode a été le sauveur de Gucci pendant sa plus sombre époque. Adepte du show off, des campagnes de pub sexy et de la mode business, il a été directeur artistique chez des noms comme YSL Rive Gauche.

Il a récemment lancé une collection de prêt-à-porter pour hommes en son nom en compagnie de l’ex-patron de Gucci Group: Domenico de Sole. Avec un réseau de boutiques mondial qui n’a rien à envier aux autres maisons, il développe une ligne de produits de beauté avec Estée Lauder et crée en 2010 une ligne de prêt-à-porter pour femmes avec un défilé intimiste à New York qui a fait beaucoup de bruit. Tom Ford est aujourd’hui une des icônes dans le monde de la mode et de l’hyperluxe, tellement influent qu’il est appelé M. Ford.

 

 

 

Jimmy Choo

Jimmy Choo… Son nom relève de tout un emblème et ses chaussures en font rêver plus d’une.

Désormais retiré du business (confié aux mains de Tamara Mellon, ancienne journaliste chez Vogue British), il réalise quelques perles dans son atelier Londonien. Pour atteindre une telle renommée, il a eu sa petite recette miracle à lui : il prête ses escarpins aux people qui se se font un plaisir de les porter et lui assurent une notoriété sans égale sans même s’en apercevoir.

Propriété de TowerBrook Capital Partners, la marque Jimmy Choo a été revendue à l’allemand Labelux à trois fois sa valeur d’achat soit 570 millions d’euros qui veut mieux l’implanter en Asie, et surtout en Chine.

 

 

En restant dans le thème de l’empire du milieu, une autre chinoise très influente dans le monde de la mode : Angelica Cheung, rédactrice en Chef de Vogue Chine.

Mieux qu’une simple rédactrice en chef, c’est elle-même qui a lancé Vogue en chine après avoir chapeauté Marie Claire à Hong Kong puis Elle en Chine.

Le succès de Vogue est tel que le premier numéro s’est vendu à 300000 exemplaires.

Angelica Cheung s’est donnée une mission éducative en Chine, marché encore jeune en ce qui concerne la mode (elle fait le tri des marques pour les nouveaux consommateurs)  et cette « mission » lui confère une influence monstre en Chine, pile au moment où tous les yeux du monde du luxe sont braqués dessus.

 

 

 

A présent on se dirige vers un autre pays des BRIC, et là il s’agit de l’Inde et son petit génie Manish Arora.

Ce directeur artistique de Paco Rabanne rejoint le calendrier Parisien en 2007 après s’être fait inviter par Didier Grumbach, président de la chambre syndicale de la couture Française.

Avec un style alliant exotisme et avant-gardisme qui séduit les rédactrices de mode et les critiques, le designer compte parmi ses clientes et fans Michelle Obama. Sa notoriété est entre autre due au nombre de ses collaborations aussi diverses soient-elles : Nivea, Swatch, les 3 Suisses, Nespresso, et la liste est encore longue …

Celui qu’on surnomme le John Galliano Indien tient les rennes de Paco Rabanne, et sa mission est plutôt rude : redonner à la marque futuriste des années 60 son éclat version années 2010 !

 

 

 

 

 

 

A présent on vous présente Hayder Ackermann, colombien de naissance, ayant longtemps vécu en Afrique pu

is aux Pays-bas, c’est tout simplement un surdoué qu’on compare à YSL. Il habille notamment des noms tels que Tilda Swinton et Lady gaga et enchante tellement le milieu de la mode que Lagarfeld y voit déjà son successeur chez Chanel.

 

 

 

 

 

Rei Kawakubo

Ce designer défie toutes les conventions et tous les codes et se décrit elle-même comme styliste hors tendance. Et pour cause, son premier défilé parisien a été qualifié d’Hiroshima chic.

Publicités

Les enfants, nouvelle cible des géants du luxe?

janvier 5, 2012

Nous ne nous étonnons plus de voir des marques aussi connues que Armani, Dolce & Gabba ou encore Burberry créer des collections entières réservées aux enfants. Toutefois, c’est Versace qui nous en met plein la vue inaugurant sa première boutique Young Versace à Milan, un vrai paradis du luxe pour les enfants.

La boutique, qui se trouve à côté de la boutique de la maison mère Versace sur la Via Borgospesso. se veut être un mini parc pour enfants jusqu’à l’âge de 12 ans. L’intérieur de Young Versace est dominé par un carrousel de chaises en matières pastel au centre de la boutique et au sol décoré par le logo Medusa de la célèbre maison.

Gian Giacomo Ferraris, le directeur exécutif de Versace déclare : « C’est une collection colorée, glamour et aux finitions de haute qualité, avec l’essence de la marque et une touche de rock’n’roll. Donatella Versace soutient fermement ce projet et en est à l’origine. Nous avons une plateforme technologique de pointe et une chaîne d’approvisionnement, et nous dirigeons directement ce noyau du business. »

Il semble alors que les enfants soient la nouvelle proie des grands labels du luxe, ne cessant de vendre du rêve sous toute forme que ce soit. Ici, il s’agit d’un paradis pour petits princes et princesses à la décoration lilas féérique digne d’un conte de fées.

L’ascension d’un nouveau phénomène? La concurrence ne tardera pas à nous le dire.

A. A.

Les 20 maîtres du Luxe

janvier 4, 2012

Qu’ils soient créateurs, journalistes de mode, critiques, P-DG ou autres, découvrez ceux qui ont décidé du passé de cet univers,et qui décident encore pour son présent et son futur.

En pôle position, l’incontournable Bernard Arnault « The pope of Fashion », propriétaire de LVMH, groupe de luxe le plus grand  et du monde et 4è fortune mondiale.

Ce polytechnicien on ne peut plus capitaliste et conservateur commence son épopée à partir du rachat de la célèbre maison Dior qui à l’époque perdait de ses couleurs et décide avec une bonne dose de courage d’audace et de flair d’en faire une des plus puissantes entreprises du luxe pour ensuite bâtir un vrai empire, surtout grâce à des maisons telles que l’illustre Louis Vuitton qu’il hissa au rang de leader mondial du Luxe.

Aujourd’hui en pleine diversification, le groupe se dessert des segments tels que l’horlogerie, la joaillerie, le yachting, distribution sélective…

Girogio Armani, a débuté en lançant sa propre maison en 1975 avec la modique somme de 10000 dollars ! Seul grand couturier à détenir à 100% le total de son entreprise ….oui ! aucune introduction en bourse ni aucun autre actionnaire, Armani se retrouve aujourd’hui avec la position de couturier le plus riche du monde  et son style de leader l’y a conduit: il révolutionna les costumes pour homme en inventant les costumes sans doublure, beaucoup plus pratiques et beaucoup plus stylés. Sa marque devient un vrai « lyfestile », et pour cause, elle se décline sous différents segments du luxe, du prêt-à-porter aux parfums et cosmétiques en passant par l’hôtellerie (Armani Hotels, notamment à Dubai) ou encore par la déco (Armani Casa). Aujourd’hui avec un réseau mondial des plus puissants (plus de 200 points de vente en Chine) Girogio Armani occupe une place incontestable dans le milieu du Luxe.

Christopher Bailey, le Héros de Burberry

Ce designer aux allures plutôt discrètes comparé à ses homologues ne manque en rien de qualités artistiques.

En effet, il est l’homme qui a fait de Burberry le Fleuron de la mode et du Luxe façon « So British ».

Il passe par les maisons des grands telles que Donna Karan puis Gucci avant d’être appelé par Rose Marie Bravo à l’époque directrice générale de Burberry: Coupe de maître. En effet, grâce à une multiplication des collections capsule et en réinventant les codes d’une  iconique maison, il réussit à faire grimper la cote glamour de la marque et le chiffre d’affaires qui va avec allant à le doubler et à multiplier les ouvertures de magasins.

Toujours dans le « So British », on Appelle Monsieur OZWALD BOATENG.

Si les Anglais doivent être fiers de la mode homme qu’il ont, c’est entre  autre grâce à BOATENG qui a fait revivre Savile Row, cette rue Londonienne de Couturiers sur-mesure.

Ce Ghanéen qui a été pendant une certaine période directeur artistique chez Givenchy a révolutionné l’art du sur-mesure: il a ceinturé les costumes, démocratisé le bouton unique et rendu populaire les doublures flou ainsi que le mix entre tradition, rigueur de la coupe et détails « flashy ». Aujourd’hui il réussit à séduire « James Bond » et à influencer des maisons très respectables comme BOSS !

 

 

 


 

François-Henri Pinault

 

Le fameux rival de

 

Bernard Arnault et époux de Salma Hayek ne manque pas de savoir-faire en Business, surtout quand il s’agit de Luxe. Son rachat de Gucci l’a fait connaitre du grand public et a encore plus augmenté sa notoriété dans le monde des affaires Français mais surtout Mondial.

Le Boss de PPR (dénomination de son groupe) essaye de donner à son groupe une touche entre Luxe & Lifestyle notamment en essayant de vendre le Fnac et Redcats pour encore plus se renforcer dans le luxe. A son Gucci Group s’ajouteraient éventuellement les Balenciaga et Alexander McQueen qu’il compte racheter et côté lifestyle, Diesel est sur sa ligne de mire….Ambitieux !

Karl Lagarfeld

Au delà du génial directeur artistique qui a fait ressusciter la maison Chanel avec des créations telles que le sac 2.55 matelassé avec sa chaîne dorée désormais emblématique de la marque, il est aussi directeur artistique de Fendi et photographe des campagnes Dior Homme et est à l’origine de plusieurs collections capsules notamment pour H&M et cette année pour Macy’s.

Le Kaizer est donc indéniablement une figure incontournable de la mode et un des régisseurs des codes stylistiques de notre époque.

Rachel Zoe

Celle qui a démocratisé et rendu célèbre le métier de styliste, c’est bien elle.

Son métier: assister aux défilés de mode du monde entier pour habiller des noms comme Eva Mendes, Cameron Diaz, Demi Moore et le tout Hollywood en général.

Avec un blog très influent http://www.thezoereport.com/welcome/ elle a décidément son mot à dire dans le milieu de la mode.

Johann Rupert

Après avoir été Banquier, ce Sud-Africain héritier d’une famille opérant dans le vin et le Tabac, i entre dans le monde du luxe en Acquérant Cartier, puis une panoplie de marques, surtout dans l’horlogerie (Jaeger le Coultre, Vacheron Constantin, Piaget …) la Mode (Dunhill, Chloé, Lancel, Net-à-porter) et la joaillerie (Van Cleef & Arpels) et les a hissées au top jusqu’à devenir le N°2 Mondial du luxe.

Discret, adepte du management décentralisé, et très respectueux, johann fait peur dans le monde du Luxe !

Anna Wintour

La célèbre rédactrice en chef du Magazine Vogue US est d’une influence incontestable aux Etats-Unis et ses avis sur les défilés de mode sont pris très au sérieux. La chose est telle qu’elle conditionne presque complètement la réussite d’une collection ou pas.

Amie des deux ennemis Bernard Arnault et François-Henri Pinault, ainsi que des plus grands créateurs du monde entier tels Calvin Klein, Marc Jacobs,Miuccia Prada Tom Ford, ou Marc Jacobs, elle a joué un rôle central dans l’élargissement de l’intérêt pour la mode aux Etats-unis. Le personnage est tel qu’elle a inspiré le film « Le diable s’habille en Prada » !

et en parlant de Prada, en voici la créatrice et son mari, qui a fait de cette marque un réel mastodonte du secteur.


Miuccia Prada & Patrizio Bertelli

Ce couple est un vrai tandem de choc dans le monde de la mode, l’une pour son côté « mode », l’autre pour le volet Business de la chose.

Miuccia, héritière de la célèbre maison Milanaise de Cuir, invente le sac à dos en nylon Prada qui fait un véritable hit.

Par ailleurs, elle se lance dans le prêt-à-porter en 89 avec grand succès et lance par la suite, Miu Miu, plus accessible puis une succession de lancement de ligne a lieu notamment Prada sport, Prada beauty puis on en vient à la ligne de parfums.

Patrizio quant à Lui, porté vers la finance et l’industrie, réussit à convaincre sa compagne à s’impliquer dans la création et réussit à faire de ce qu’était une PME au début, un vrai poids lourd notamment avec une introduction en bourse réussie en 2011.

Bien évidemment la liste est encore longue, restez donc branchés…la suite est à venir très prochainement.

Le luxe, un univers qui ne connaît pas la crise

janvier 2, 2012
Loin de connaître la crise, le marché du Luxe est aujourd’hui en pleine expansion ! Oui… en pleine expansion : une croissance annuelle entre 6% et 8% pour la période 2011-2014 selon le cabinet Bain & Company.

En effet, devant les mutations macro-économique et un nouvel ordre mondial qui se dessine, les maisons du luxe ont choisi de prendre les devants et d’aller conquérir des marchés encore jeunes qui fourmillent de nouveaux riches, millionnaires et milliardaires.

Boutique Louis Vuitton à Oulan Bator, Mongolie

Exemple qui peut paraître étonnant Oulan Bator, Capitale de la Mongolie, un pays au passé communiste et aux influences jusqu’aujourd’hui russes, 2,8 millions d’habitants et des routes pour dont la plupart ne sont pas goudronnées mais un pays où les millionnaires pullulent entre autre en raison à cause des énormes réserves de cuivre, d’or et de charbon.

Et face à de tels phénomènes, c’est la course pour les grands groupes du Luxe pour être le premier à croquer la pomme : Louis Vuitton, Emporio Armani, Zegna, Dunhill et Ferragamo sont déjà sur place et sont là pour répondre à une demande qui explose et à de nouveaux riches décomplexés et qui n’hésitent pas à montrer fièrement leur réussite, notamment à travers les produits de luxe.

Et ceci ne concerne pas uniquement la Mongolie, le même phénomène de ruée vers le luxe est partout dans les pays du sud.

Face à cela, les grands groupes de luxe ont choisi de prendre les devants: après s’être bien installés dans les pays du Golfe, ainsi que dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud ), ils s’attaquent à présent à ce qu’on appelle « des niches de richesse » : des pays qui commencent à émerger et où la demande est déjà au là.

Pour prendre l’exemple de Louis Vuitton fer de lance du groupe LVMH, leader mondial du luxe, le célèbre maroquinier s’implante à Santiago, Bogota, Prague, Saint-Dominique, Kiev, Bucharest, Manille et Hanoi: une agressivité commerciale et une volonté d’aller au plus près du client qui témoigne aujourd’hui de l’importance du poids des pays émergents dans la demande pour les produits de luxe.

Dans toutes ces mutations, l’expansion des ventes est due à 80% aux clients des pays émergents drainée principalement par l’Asie avec ces deux principales locomotives, à savoir la chine et l’Inde.

L’empire du milieu devient aujourd’hui le premier marché mondial du Luxe et selon le Boston Consulting Group, en 2020, 330 villes auront un revenu par habitant supérieur à celui de Shanghai en 2008. Une croissance prévue à 23% ! avec des consommateurs aux habitudes et comportements pour le moins différents de leur homologues occidentaux : 80% de la clientèle sont des hommes et avec des préférences pour Armani, Dunhill, et Boss plutôt que pour Chanel, Louis Vuitton ou encore Rolex et le parfum a du mal à pénétrer le marché.

Magasin Dunhill-Vacheron Constantin à Shanghai

Autre particularité des Chinois, ils préparent leurs achats sur internet, et c’est donc logiquement à eux que des maisons telles que Armani proposent leurs collections en ligne.

Autre BRICS, le Brésil voit ses ventes doubler en cinq ans : un marché plus qu’attrayant. Pour preuve, Chanel, Burberry, Hermès, Gucci, Marc Jacobs, Céline et Jimmy Choo ont chacune un magasin ou plus, rien qu’à Sao Paolo et une croissance de plus de 15% par an en ce qui concerne le marché des Yachts : tout un indice de l’attrait des maisons de Luxe pour un tel marché.

Un des deux Magasins Chanel de Sao Paolo

La Russie, quant à elle, on la croyait désuète après la crise, mais son rebond en 2010 annonce un futur prometteur pour le marché du luxe ne Russie, marché où les consommateurs ont des goûts exubérants et très Bling-Bling , ce qui n’est pas pour déplaire aux grandes enseignes comme les Dolce & Gabbana, Gucci et Louis Vuitton. Le phénomène est tel que Rolls Royce a décliné une version Russe de son site Web !

Concession Rolles Royce à Moscou

Toute une mutation et un changement de la répartition des richesse mondiales qui conduit les grandes maisons du luxe à adopter une toute autre stratégie et à s’adapter à des exigences nouvelles bien loin de celles occidentales et Américaines et pour lesquelles, le luxe doit sa survie de crise… ou mieux, sa croissance !

Podium

janvier 2, 2012

« Le Luxe n’est pas le contraire de la pauvreté, mais c’est le contraire de la vulgarité » Coco Chanel. Rien de tel pour définir le Luxe et rien de tel pour donner naissance à ce blog.

Evidemment comme son nom l’indique, cet espace est dédié à tous ceux qui sont passionnés à la fois de Marketing et de Luxe.

Le but premier étant de faire connaître le volet « Business » d’un monde plein de paillettes et de glamour, faisant rêver plus d’un depuis belle lurette.

Au fil des articles, nous aurons le plaisir de diffuser toute une culture et actualité propre à ce domaine en faisant le va et vient entre le côté Business auquel on doit la diffusion du Luxe au niveau mondial et le côté artistique qui a créé le mythe et d’où vient l’essence même du rêve.